Région Nord-pas-de-Calais – 4 050 000 habitants – Les causes et effets du changement climatique observés à la loupe

«Le niveau de la mer va-t-il monter de 50 cm ou d’un mètre ? Il faut savoir à quoi se préparer et donc disposer d’informations locales », explique le vice-président du conseil général du Nord, Jean Schepman. Pour disposer d’un maximum de données sur le changement climatique, les différents acteurs du plan climat régional * ont mis en place, fin janvier, un observatoire dédié à ces questions. Charge à lui de récupérer et rendre intelligibles un maximum de données existantes, d’origines diverses. Objectif : non seulement évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) du territoire mais aussi les conséquences du changement climatique afin de mettre en place des politiques locales de réduction des émissions et d’adaptation.

Champ plus large

« Si nous n’avions travaillé qu’entre élus, nous n’aurions jamais eu l’idée de cet observatoire. Les partenariats noués sur le plan climat régional permettent d’avancer plus vite et de façon concertée. Les données collectées sont la clef de voûte des scénarios à bâtir pour 2050 », explique Emmanuel Cau, vice-président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais en charge de l’aménagement du territoire, de l’environnement et du plan climat.

Aléas climatiques, précarité énergétique, modifications des pratiques agricoles, impacts sur la santé ou la biodiversité, l’observatoire va effectuer un suivi complet des changements en cours sur le territoire. « L’objectif est que chacun dispose d’une meilleure clef de lecture des informations », explique le délégué régional de l’Ademe, Hervé Pignon.

« Notre champ d’observation est beaucoup plus large que celui des 17 autres observatoires que nous avons recensés sur le territoire français. Et notre gouvernance est originale puisque nous intégrons dès l’origine des partenaires territoriaux. Cela nous permettra de répondre au mieux aux demandes du terrain », met en avant Emmanuelle Latouche, directrice du pôle climat régional et directrice adjointe du Centre ressource du développement durable (Cerdd), qui accueille l’observatoire dans ses locaux.

Un comité des partenaires rassembleur

A l’image de son processus de construction, la gouvernance de l’observatoire est organisée à plusieurs niveaux et implique de nombreux acteurs régionaux. Région Nord-Pas-de-Calais, départements du Nord et du Pas-de-Calais, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement (Dreal) sont les financeurs (126 000 euros investis en 2011 pour la phase préparatoire de création de l’observatoire). Egalement associés à la démarche dès l’origine : les organismes techniques, de recherche et d’observation comme Météo France et Atmo Nord-Pas-de-Calais, et des associations, des syndicats, des acteurs économiques (dont distributeurs d’énergie, fédérations professionnelles et chambres consulaires) ou des représentants des territoires comme Lille Métropole ou l’agence d’urbanisme de Saint-Omer. Le comité des partenaires se réunira une à deux fois par an. « Ses échanges permettront de s’assurer que les données disponibles sont connues et de mieux identifier les besoins des décideurs », résume Patrick Bertin, directeur Météo France Nord-Pas-de-Calais.

* A l’œuvre depuis 2007, cette coopération qui réunit les 5 financeurs de l’observatoire vise le facteur 4 (réduction de 75 % des émissions de GES de la région entre 2005 et 2050).